You are here

De Block invite les pédiatres à formuler leurs propositions

F.D. - Vendredi 14 juillet 2017
F.D.

Mercredi, une rencontre prévue de longue date a eu lieu entre les pédiatres et le Cabinet de la ministre Maggie De Block. A la sortie la réunion qui a duré 1h30, le Dr Pierre Philippet, président du GBPF (Groupement Belge des Pédiatres de Langue Française), s’est dit satisfait et estime qu’ils ont pu bénéficier d’une bonne écoute et qu’il y a eu de bons échanges.

Etaient autour de la table en tant que représentants des pédiatres, le Dr Pierre Philippet (pour le GBPF), le Dr Michel Pletincx (pour le GBS Pédiatrie), le Dr Philippe Alliet (pour la Vlaamse Vereniging Kindergeneeskunde), et pour le Cabinet de la ministre De Block, Koenraad Vandewoude et Bernard Verheyden. Et le Dr Yvan Vandeenplas, président de l’Académie, avait aussi été convié mais il était empêché.

Deux grands thèmes ont été abordés. « Premièrement, la cohérence entre les projets de Mme De Block et de ses réseaux et la façon dont la pédiatrie hospitalière en Belgique devrait être structurée, plutôt sur base de l’AR d’avril 2014 qui entre-temps a été cassé. A ce propos, nous avons eu la confirmation que la note conceptuelle du 18 mai reste bien une base de travail et qu’un certain nombre d’éléments sont en voie de modification, de façon à ce que les choses correspondent plus à ce qui avait été un projet de structuration de l’hospitalisation pédiatrique dans l’AR d’avril 2014 », rapporte le Dr Philippet.

« Un deuxième thème était la discussion autour d’un certain nombre de points abordés dans la note de l’Académie sur l’avenir de la pédiatrie en mettant l’accent sur certains points qui nous semblaient extrêmement importants, comme la reconnaissance, la structuration et le financement de l’hôpital de jour médical pédiatrique, des services d’hospitalisation provisoire liés aux services d’urgences, ou encore que le fait que taux d’occupation des services ne tient pas compte de l’activité réelle », poursuit le président du GBPLF.

Rationnaliser ? Dites-nous comment !

Les pédiatres ont aussi réaffirmé qu’ils sont bien d’accord qu’il fallait rationnaliser, qu’il y avait certains petits services qui n’étaient absolument pas justifiés même sur le plan géographique, que le lien avec les maternités devait être renforcé ou encore que l’activité minimale dans les maternités devait être augmentée afin d’avoir une équipe de pédiatres suffisamment étoffée.

De leur côté, les représentants de la ministre leur ont affirmé que l’enveloppe budgétaire de la pédiatrie ne bougerait pas. « Quelles que soient les modifications apportées, elles devront rentrer dans l’enveloppe budgétaire. Mais ils attendent de nous des propositions plus concrètes pour rationaliser le paysage hospitalier pédiatrique et sont disposés à mettre à notre disposition des données nous permettant de faire des calculs débouchant sur des propositions ».