You are here

L'e-cigarette, un moyen aussi efficace que les autres pour arrêter de fumer (étude)

Vendredi 11 août 2017

La cigarette électronique est au moins aussi efficace pour arrêter de fumer que les autres moyens existants, tels que le traitement médical et les substituts de nicotine, ressort-il de la thèse de Brent Boermans, présentée à l'Université de Louvain (KU Leuven) en Sciences psychologiques.

Brent Boermans a suivi, dans le cadre de sa recherche, 53 personnes, accompagnées par des tabacologues, qui désiraient arrêter de fumer. Plusieurs méthodes ont été employées: e-cigarette, traitement nicotinique de substitution, traitement médical ou une combinaison de la cigarette électronique et des substituts nicotiniques.

Après un mois de sevrage, 75% des participants n'avaient plus touché à une cigarette. Un pourcentage identique auprès des personnes utilisant une cigarette électronique. Ce chiffre tombe à 70% pour ceux qui avaient opté pour les substituts nicotiniques, à 66,67% pour ceux qui avaient combiné les deux moyens mais atteint 100% pour ceux qui avaient opté pour un traitement médical.

Après trois mois, seuls 50,9% des participants restaient sevrés. Parmi ceux qui ont opté pour l'e-cigarette, 75% n'avaient pas rechuté tandis que 66,67% de ceux qui combinaient cigarette électronique et traitement nicotinique de substitution ne fumaient plus.

Pour les substituts nicotiniques, seuls 30% ont tenu bon. Le traitement médical s'avère moins efficace sur le long terme puisque seuls 42,86% des participants ayant opté pour cette méthode n'ont plus touché à une cigarette après un trimestre.

L'étude montre ainsi qu'après trois mois, il existe de sérieuses différences de résultats selon les méthodes employées. L'e-cigarette apparait comme le meilleur moyen d'arrêter de fumer. Les participants ayant opté pour ce moyen avaient 1,69 chance de plus que les autres d'arrêter de fumer durablement. Ceux qui ont combiné la cigarette électronique aux substituts nicotiniques avaient même 2,35 chances supplémentaires.

Le désir d'une cigarette ("craving") et l'état de manque ne différaient cependant pas significativement.

> Une opinion? Une réaction? Le débat continue sur @JdS_SK ou sur @MediSphereHebdo