You are here

7th World Glaucoma Congress, Helsinki, 28/06-01/07/2017

28 juin 2017 jusqu'à 01 juillet 2017
Helsinki Finland

[Le glaucome, une pathologie trop discrète en pleine lumière]

Si, ces dernières années, les congrès internationaux consacrés aux différentes pathologies de la rétine ont eu tendance à se multiplier comme des petits pains, ceux spécifiquement consacrés au glaucome demeurent rares. C’est donc avec un intérêt redoublé que les ophtalmologues des quatre coins du monde ont pris la route d’Helsinki pour découvrir les dernières avancées fondamentales, diagnostiques et thérapeutiques concernant l’une des principales causes de cécité qui, pourtant, demeure, encore et toujours, sous-diagnostiquée.

Trio ou duo pour le traitement médical du glaucome?

Congres

A trois, on est plus efficace qu’à deux, c’est évident. Mais, en est-il de même pour traiter le glaucome? Réponse avec une nouvelle analyse groupée.

Une étude belge à Helsinki

Congres

Une équipe d’ophtalmologues de l’UZ Antwerpen a présenté à Helsinki une intéressante étude qui évalue l’impact de la trabéculoplastie au laser comme traitement de substitution aux topiques chez les patients à tension intraoculaire bien contrôlée médicalement.

Impact de l’introduction des topiques génériques sur le traitement du glaucome

Congres

Une analyse longitudinale de données issues de cohortes américaines met en évidence l’intérêt des génériques dans la prise en charge du glaucome en démontrant, chiffres à l’appui, que l’introduction du générique du latanoprost a permis de réduire significativement l’impact de la barrière du coût du traitement comme cause de non-suivi thérapeutique.

La problématique de l’adhérence thérapeutique sous la loupe

Congres

Les multiples traitements topiques actuellement disponibles pour abaisser la pression intraoculaire sont efficaces avec une baisse de 20 à 35% de la pression en 3 mois de traitement. Cependant, un immense obstacle se dresse devant cette bonne efficacité, le manque d’adhérence des patients – souvent âgés – surtout sur le long cours. Une enquête menée aux USA permet de mieux cerner les multiples raisons à l’origine de cette problématique.

Votre collyre, avec ou sans agents conservateurs?

Congres

Il y a deux raisons majeures à un changement de traitement pour le patient atteint de glaucome: le manque d’efficacité, bien évidemment, et, souvent si pas plus, la présence de signes irritatifs au niveau de l’œil. Pour contourner cet obstacle, de nouveaux collyres, exempts d’agents conservateurs, sont à présent disponibles. L’enquête FREE a évalué les changements engendrés par cette nouvelle génération de collyres patient-friendly.

Attention les gouttes! Les implants à libération prolongée arrivent!

Congres

S’il est une pathologie chronique pour laquelle le manque criant d’observance et/ou d’adhérence au traitement constitue un obstacle sérieux à l’efficacité des médicaments prescrits, c’est bien le glaucome. Si la recherche pharmacologique continue de développer de nouvelles molécules innovantes aux modes d’action différents pour mieux baisser la pression intra-oculaire et protéger la vision, elle se consacre aussi, si pas plus, à trouver des modes d’administration permettant d’améliorer le suivi du traitement et ainsi de préserver l’efficacité de molécules reconnues. Exemple ici avec une étude concernant un implant de bimatoprost.

Baerveldt or Ahmed? That’s the question!

Congres

Malgré la percée indéniable des techniques de chirurgie mini-invasives pour traiter le glaucome réfractaire aux traitements médicamenteux, les poids lourds que sont les implants de drainage d’Ahmed (avec valve) et de Baerveldt (sans valve) demeurent plus que jamais d’actualité; tout comme, d’ailleurs, le débat entre partisans de l’une ou de l’autre option. Et il n’est pas certain que la présentation de l’analyse groupée des résultats à 5 ans des études ABC (Ahmed versus Baerveldt Comparison) et AVB (Ahmed Versus Baerveldt) mettra fin de si tôt à ce vaste débat.

Nouvelles données en chirurgie mini-invasive du glaucome

Congres

Comme pour bien d’autres pathologies, la chirurgie évolue de plus en plus vers des interventions de type mini-invasif. Pas de raisons qu’il n’en soit pas de même pour la chirurgie de l’œil et celle du glaucome en particulier. Lors du congrès d’Helsinki, de nombreuses présentations ont fait état de l’avancée de ces procédures mini-invasives. Voici, pour exemple, une étude de suivi à 18 mois du traitement du glaucome réfractaire au traitement topique par l’insertion concomitante de 2 micro-stents de drainage trabéculaire avec maintien d’un seul agent topique hypotenseur.

Nouvelle option de schéma préparatoire à la trabéculectomie

Congres

Une équipe d’investigateurs allemands a évalué la combinaison topique sans conservateur dorzolamide-timoptol comme possible nouvelle option préparatoire à une trabéculectomie. 

Est-ce que perdre du poids influence la pression intra-oculaire?

Congres

Plusieurs études de cohorte récentes ont mis en exergue l’existence d’une relation entre obésité et pression intra-oculaire. Leurs conclusions montrent, à chaque fois, que le patient obèse ou en surpoids présente une pression intra-oculaire plus élevée que le patient de poids normal. La question se pose donc tout naturellement de l’impact potentiel de la chirurgie bariatrique sur la pression intra-oculaire et sur le glaucome. Réponse avec une étude pilote menée par des investigateurs israéliens.

Pages