BioWin : l’Intelligence Artificielle meilleure que le médecin?

Cette année, le BioWin Day est consacré au sujet «L’intelligence artificielle au service de la santé: entre rêve et réalité».

L'intelligence artificielle (IA) a connu un essor sans précédent au cours des dernières années en particulier dans le secteur de la santé. La Wallonie et la Belgique dans leur ensemble ont des experts académiques, des start-ups, de renommée mondiale dans ce domaine. «La montée de l'intelligence artificielle devrait révolutionner la recherche et le développement dans l'industrie biopharmaceutique; il est permis de dire que ses applications auront également un impact profond sur la pratique médicale» explique Sylvie Ponchaut, directrice générale de BioWin.

Pour elle et Philippe Denoël, président du conseil d'administration de BioWin, «les capacités d'apprentissage de plus en plus avancées des systèmes suggèrent désormais que l'intelligence artificielle est déjà capable de remplacer l'intelligence humaine pour effectuer certaines tâches dans les domaines médicaux de l'imagerie, de l'assistance au diagnostic et même de la recherche.»

Sauver des vies

Hugues Bersini, est un pionnier notamment dans le domaine du système immunitaire, pour l'ingénierie et les sciences cognitives. Il dirige actuellement le laboratoire IRIDIA de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) avec Marco Dorigo. «Même si les performances de l'IA ne sont meilleures que de 1 à 2%, ces chiffres peuvent faire une énorme différence en fonction de la tâche. Prenons l'exemple d'un diagnostic de cancer: si l'IA surpasse celle d'un médecin, même de 1 à 2%, cela peut faire toute la différence entre la vie ou la mort d'un patient.» Toutefois, des risques existent selon lui : «L’un des problèmes des programmes d’intelligence artificielle subconscients est que leur processus de prise de décision est un système fermé.» Il prévoit de graves problèmes moraux découlant de ce type de scénario: «Le problème est celui de la responsabilité. Un ordinateur subconscient ne peut pas expliquer ce qu’il fait: c’est une boîte noire. Alors, pouvons-nous toujours utiliser cette technologie: une machine qui ne peut pas justifier ses propres décisions? Pour moi, c’est l’une des questions les plus difficiles à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui en matière d’IA.»

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.