Obésité infantile, santé mentale, e-santé : Maggie De Block dégage de nouveaux moyens

En plus des budgets déjà prévus, le gouvernement alloue en 2019 de nouveaux moyens au budget des soins de santé.

Remboursement de séances chez le diététicien pour les enfants atteints d’obésité

La surcharge pondérale et l'obésité sont deux problèmes de santé publique très importants. Tant au niveau européen qu'au niveau mondial, le nombre de personnes en surpoids et obèses augmente et atteint des proportions alarmantes. Le surpoids et l'obésité sont à l'origine de nombreux problèmes de santé, tels que le développement de maladies chroniques, de maladies musculaires et de certains cancers.

L'obésité infantile est associée à une augmentation du risque d'obésité, de décès prématuré et de limitations fonctionnelles à l'âge adulte. 

Des études scientifiques ont montré qu’intervenir dans le régime alimentaire des enfants permet d’atteindre une perte de poids significative et donc de réduire les risques.

La ministre De Block a donc décidé de dégager 5 millions d’euros pour améliorer le remboursement du suivi chez un diététicien.
Les enfants souffrant d’obésité auront ainsi bientôt droit au remboursement de 6 séances de minimum 30 minutes.

Elles correspondent à une durée de traitement de 6 mois et seront prescrites par le médecin traitant.

Les enfants et leurs parents ne devront dorénavant plus passer par des centres spécialisés. Cette modification a pour objectif d’améliorer l’accessibilité des visites chez un diététicien.

Environ 75.000 jeunes patients devraient bénéficier de cette mesure.

Soins de santé mentale : davantage d’équipes mobiles

Dans le cadre du budget 2019, la ministre De Block réserve 1,4 million d'euros aux soins de santé mentale pour les adultes.

Ces moyens supplémentaires permettront de créer au minimum huit équipes mobiles supplémentaires (on en compte aujourd’hui 45).

Parallèlement à cela, les patients des équipes mobiles seront dorénavant enregistrés. Grâce à cet enregistrement, nous pourrons récolter des informations sur les différentes formes de soins (hospitalisations, consultations externes, utilisations des médicaments) et ainsi encore améliorer la prise en charge des patients.

Financement supplémentaire pour projets en matière d’e-santé

Le gouvernement octroie 2,2 millions d’euros pour le financement de plusieurs projets en matière d’e-santé.

La ministre De Block souhaite donner une place aux applications mobiles dans les soins de santé réguliers. Afin de garantir la qualité et la sécurité du patient, elle a choisi de procéder à l’aide d’un système de validation en forme de pyramide.

Au deuxième niveau de cette pyramide, les applications doivent être interopérables avec tous les services de base eHealth pertinents et les « Services à valeur ajoutée » fédéraux (par ex. Recip-e).

Afin de permettre aux entreprises de tester cette interopérabilité, la ministre a dégagé 300.000 euros pour financer des centres de tests e-health.

Lire aussi : Le Conseil général de l'Inami approuve le budget 2019 pour les soins de santé

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.