Bruxelles dispose depuis quelques semaines d'une unité de soins du double diagnostic

Bruxelles dispose, depuis le mois d'octobre dernier de sa première unité de soins hospitaliers au bénéfice de personnes dites de "double diagnostic", présentant une déficience intellectuelle et une maladie mentale. Aménagée au sein de du centre spécialisé Jean Titeca, à Schaerbeek, ce service a officiellement été présenté mardi aux ministres concernés: un représentant de la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block, et les ministres bruxellois Guy Vanhengel, Didier Gosuin, et Céline Fremault, compétents en matière de Santé Mentale dans les Commissions Communautaires Bruxelloises.

Entre deux et trois pour-cent de la population belge, environ 300.000 personnes, présentent une déficience intellectuelle. Un tiers d'entre elles souffrent d'une maladie mentale surajoutée dont 30% présentent, au moins une fois dans leur vie, une décompensation clinique significative, éventuellement accompagnée de troubles du comportement.

L'Association Nationale d'Aide aux Handicapés Mentaux qu'a rejoint l'hôpital Jean Titeca s'est mobilisé autour de la gestion de ces situations de crise à laquelle ne répondait efficacement aucune structure hospitalière classique.

En décembre 2015, le Conseil Supérieur de la Santé a recommandé la mise sur pied d'unités de traitement hospitalier spécialisées disposant de la norme d'encadrement adéquate afin de dispenser des soins intensifs.

La ministre fédérale Maggie De Block a ensuite débloqué à partir de 2016, un budget structurel de plus de trois millions d'euros pour les personnes adultes et de plus d'1,5 millions d'euros pour les enfants et adolescents, répartis entre les provinces.

A Bruxelles, la part proportionnelle de ce budget a été dans un premier temps consacrée au fonctionnement d'une équipe mobile baptisée Maya et dépendant du centre Jean Titeca par ailleurs soutenu par la Commission Communautaire française de Bruxelles.

Lorsque les ministres de la Commission Communautaire Commune ont décidé de reprendre à leur charge le montant fédéral destiné à Maya, le budget fédéral a été réaffecté pour lancer le projet de lits hospitaliers de "double diagnostic dont la première unité bruxelloise de sept lits a vu le jour le 1er octobre dernier.

Pour les responsables du service et la direction de l'hôpital Jean Titeca, la prise en charge financière d'une capacité de sept lits va dans la bonne direction, mais elle devrait être étoffée à hauteur de 15 à 20 lits pour faire face à demande.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.