« Des vouchers pour stimuler les spécialités en pénurie : pas question » (Absym, AMSF, VGSO)

L’Absym, l’association nationale des médecins spécialistes en formation (AMSF) et la Vlaamse Geneeskundig Studenten Overleg (VGSO) sont majoritairement sur la même longueur d’ondes et positifs en ce qui concerne leur appréciation du ‘Livre vert pour le financement et la programmation des stages pour les médecins’, mais réclament plus d’explications.

Pour les trois associations, ce document de réflexion du cabinet de la Ministre De Block ‘est un pas évident vers une solution intégrée pour la double cohorte, la capacité en stages ainsi que le financement et le contrôle de la qualité des stages proposés aux médecins. Mais de plus amples explications s’imposent.’

Vouchers : oui mais

Le Livre vert propose d’attribuer des vouchers aux médecins en formation. L’objectif est de remettre ces vouchers au maître de stage qui pourra les encaisser. Pour ce système de financement individuel, l’Absym, le VGSO et l’AMSF appellent à l’uniformité.

Cela dit, ils mettent en garde: "Il ne peut être question de vouchers à moduler en fonction de la spécialité, du lieu de formation ou de la nature du stage. Proposer des vouchers différents pour stimuler les spécialités en pénurie est également exclu. Aucun consensus en faveur d’une rétribution différenciée pour les MSF n’existe. L’objectif doit justement consister à harmoniser les salaires".

Le développement ultérieur du statut sui generis des MGF et des MSF reste une priorité. Cela ne doit pas être mis de côté.

Stages à temps partiel : qu’est-ce que cela signifie ?

L’Absym, le VGSO et l’AMSF s’interrogent au sujet du stage à temps partiel qui sera autorisé pour autant qu’un taux d’activité minimal de 50% soit atteint et font toutefois remarquer que cette proposition a déjà été transposée dans un arrêté ministériel.

Pour elles, les concepts ‘temps plein’ et ‘temps partiel’ doivent être plus concrètement définis. « Si la totalité de la période de stage se décline à temps partiel, cela implique une prolongation conséquente voire, au maximum, un doublement de la durée de formation. Cela aura également un impact négatif sur la constitution de la pension, qui ne pourra débuter que bien plus tard. Ce cas de figure requiert des informations plus concrètes ».

 > Lire aussi : Exclusif : Maggie De Block présente son "Livre vert " pour résoudre la double cohorte

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.