Le sida coûte encore des milliards de pertes de revenus

Les pertes de revenus dans la population active liées au sida ont reculé en 13 ans. Mais elles devraient atteindre encore plus de 7 milliards de dollars en 2020, selon un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) publié jeudi à Genève.

«La perte de revenu reste une conséquence» importante du sida, selon le rapport. D'autant plus que de nouveaux cas sont toujours observés, aussi dans les pays à revenus plus élevés. Les décès attribués à la maladie dans la population active s'établissaient à 1,3 million en 2005 lorsque les pertes étaient estimées à 17 milliards de dollars. Ils devraient être moins de 430.000 d'ici deux ans, relève le rapport préparé avec ONUSIDA. Mais ces diminutions pourraient être compromises en cas de résistance de l'infection aux médicaments.

Le plus fort taux de mortalité est observé auprès des personnes qui approchent de 40 ans. «C'est normalement l'âge où les travailleurs sont au sommet de leur vie productive», relève le directeur général de l'OIT Guy Ryder. Ces décès «sont totalement évitables avec la généralisation et l'accélération des traitements». Ces soins permettent aux personnes infectées de rester actives.

Cette pathologie provoque aussi des "coûts cachés" en raison du poids des soins ou de tâches supplémentaires pour d'autres personnes. Près de 150.000 enfants qui travaillent assumeront des actions supplémentaires plutôt que de bénéficier d'une éducation, selon les estimations.

Le nombre de malades devrait approcher 30 millions d'ici deux ans, en hausse de plus de 7 millions sur 15 ans. Outre l'accès aux médicaments,«les mesures de dépistage et de prévention du VIH doivent aussi être intensifiées si nous voulons mettre fin au sida. C'est l'évidence même sur le plan humain. Et c'est judicieux sur le plan économique», affirme encore le directeur général de l'OIT.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.