Pour Maggie De Block, il est « hors de question d’avoir 3 réseaux sur Mons »

Lors de la rencontre entre les syndicats et la ministre De Block qui s’est déroulée ce lundi 7 mai au CHR Mons-Hainaut, la situation particulière de Mons  à l'abue des futurs réseaux a été mise sur le tapis. Le terrain lui a esquissé la situation. Maggie De Block a été très claire : « Il est hors de question que des réseaux se superposent ».

La situation de Mons est particulière dans le sens où dans l’état actuel des discussions, ce sont pas moins de trois réseaux qui se dessinent : « Un premier réseau EpiCURa-CHwapi-CHR Haute Senne a déjà été annoncé. Ambroise Paré et Tivoli nous semblent être partis pour former un réseau laïque. Et puis, le CHR Mons-Hainaut, nous nous inscrivons dans un réseau avec le Groupe Jolimont et de possibles autres partenaires. Mons serait ainsi la seule région où trois réseaux pourraient cohabiter », rapporte le Dr Jean-Marie Limpens, directeur général de l’institution.

Maggie De Block ne voit pas d’un bon œil un tel scénario. « La ministre a très clairement expliqué qu’elle voit les réseaux comme un puzzle. Dès lors, il n’y a pas de superposition possible. Pour elle, il est donc concrètement exclu d’avoir trois réseaux sur Mons », relate le Dr Limpens.

Situation du CHR Mons-Hainaut

« Le Groupe Jolimont est rentré dans notre assemblée générale, reprenant les engagements de Saint-Luc, fin 2014 », rappelle Jean-Marie Limpens. « Nous avons donc déjà trois années en commun, vers un processus d’intégration des hôpitaux Jolimont et du CHR».

Et le directeur du CHR d’annoncer le début d’une nouvelle aventure pour son institution : « Nous venons de lancer un projet hospitalier avec la consultance du Pr Patrick Decoster et de Mme Ariane Bouzette qui organisent le projet médical et hospitalier des hôpitaux UCL Namur-Mont Godinne. Ce sont eux qui vont accompagner l’élaboration de notre projet hospitalier, que nous allons lancer pour deux ans.  Par ailleurs, nous comptons aussi organiser des services logistiques en commun (par ex. le service des achats). »

Enfin, comme nous vous l’annoncions dans Le Spécialiste papier n°123, le CHR Mons-Hainaut va introduire avec le Groupe Jolimont le projet X3L fin du mois auprès de la Région wallonne.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Gregory DEMOLIN

    11 mai 2018

    Peut-on nous expliquer pourquoi les soins de proximité de qualité doivent s’éloigner des patients ( aux USA, on pleurerait pour notre système d’offre performante proche de chacun. Cela a d’ailleurs fait l’objet d’article dans le NEJM pas en comparaison avec la Belgique mais en insistant sur l’intérêt de santé publique qu’offre un tel systèmeproche) et pourquoi a-t-on besoin de « ministres de proximité »? Centralisation d’un côté, sous décentralisation de l’autre... 3 réseaux qui se chevauchent... Économie, rationalisation? Cela devient plutôt plaisanterie, fumisterie comme pour toutes les réformes belges depuis des décennies, parasitées par les réseaux idéologiques et linguistiques. Merci. Mais, au moins, ne pensez pas que nous sommes dupes!