Plan santé Bruxellois : instaurer un « test d’impact santé » sur les mesures prises

Le nouveau plan santé bruxellois entend être contrôlable budgétairement. A ce niveau, les ministres Vanhengel et Gosuin ont décidé d’instaurer un test d’impact santé : « Il s’agit d’une forme d’évaluation « ex ante » ou prospective : on cherche à prédire les futurs effets potentiels d’une nouvelle politique sur la santé. De cette manière, un impact négatif peut rapidement être mis en lumière et des mesures d’atténuation ou des solutions de remplacement peuvent dès lors être envisagées. » détaille Didier Gosuin.

Au contraire, un impact positif peut être mis en avant et éventuellement renforcé. « Il est essentiel que toutes les mesures qui seront prises par des ministres à différents niveaux de pouvoir à l’avenir soient analysées en fonction de notre plan santé bruxellois. Il n’est pas question que certaines mesures aient un impact négatif sur la santé des bruxellois ni surtout sur les finances de la Région » rappelle Guy Vanhengel.

A titre d’exemple, l’augmentation des cas de tuberculose à Bruxelles, par rapport aux deux autres régions, est un axe de santé publique fédérale : « Je vois mal le fédéral se désintéresser de cette situation. On parle d’un élément de santé publique. Chaque entité doit prendre ses responsabilités» précise Didier Gosuin. Il ajoute : «  A notre niveau nous allons lancer avec la cellule “Bruprévention” des politiques d’informations en matière de prévention, de promotion de la santé, de dépistage et de vaccination sous une coupole commune pour en finir avec ces politiques trop fragmentées. »

Pour le ministre bruxellois, « il est temps que l’on puisse piloter l’avion de la santé bruxelloise avec une vision globale et transversale. Evidemment, cela ne nous permettra pas de décider de tout mais nous serons au courant de tout et de l’impact de chaque mesure prise par les autres niveaux de pouvoir. C’est rassurant. » conclut-il.

A ce jour, près de huit millions d'euros ont été utilisé pour mettre en place ce plan depuis le début de la législature.

Lire aussi :

La région Bruxelloise lance son premier Plan santé

La ligne « 0,5 » : un nouveau plan pour aider les personnes fragilisées

Le kit de dépistage du cancer colorectal bientôt disponible en pharmacie

Préoccupant : 50% d’augmentation de la tuberculose à Bruxelles !

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.