A Bruxelles, les médecins débutants sont plus souvent étrangers que belges

Au cours des cinq dernières années à Bruxelles, il y a eu plus de médecins étrangers que belges à débuter une pratique. L'afflux des médecins non-belges à Bruxelles se situe au-delà des 50% depuis 2014, indique jeudi le quotidien De Standaard sur base de données de l'Inami.

Selon Marc Moens, président de l'Association belge des syndicats médicaux (ABSyM), les médecins étrangers sont essentiellement actifs à l'hôpital "où ils sont vus comme une force de travail bon marché afin d'assurer les gardes".

M. Moens met en garde contre une distorsion, dans la mesure où les praticiens des pays de l'UE sont automatiquement reconnus, alors que leurs confrères belges sont soumis à un quota. "Il est absurde d'imposer un examen d'entrée à nos jeunes, alors qu'un médecin polonais, roumain ou letton reçoit automatiquement son numéro."

La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) reconnaît les "limites du système" et assure que la commission santé cherche à déterminer si des quotas peuvent être imposés aux médecins non-belges mais issus d'un pays de l'UE.

Lire aussi : L'octroi d'un no Inami aux médecins formés à l'étranger pourra être limité

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.