Des gynécologues demandent de traiter les cancers dans des centres de référence

Des gynécologues demandent à la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) de ne permettre le traitement des cancers de l'utérus et du col de l'utérus que dans les hôpitaux qui pratiquent les opérations exploratoires, rapporte De Standaard jeudi.

Les conséquences sont moins lourdes pour les patientes qui sont traitées via une opération exploratoire, qui consiste à prélever un morceau de tissu afin de l'analyser avant de passer à un autre traitement. Les coûts pour la sécurité sociale sont aussi moins conséquents. Pourtant, dans le cas d'un cancer de l'utérus, seules 52% des opérations chirurgicales sont effectuées selon ce procédé. Pour le col de l'utérus, il s'agit de 57%.

Ces données proviennent d'une étude de la Fondation Registre du Cancer et de chiffres de l'Inami.

Les grands hôpitaux par contre ont recours à cette méthode dans 95% des cas pour le traitement des cancers de l'utérus ou du col de l'utérus.

Huit gynécologues ont dès lors adressé une lettre à Maggie De Block lui demandant de centraliser le traitement de ces cancers dans des centres de référence. La ministre de la Santé défend déjà une telle démarche.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.