Ethnologie de la salle d’opération

Une étude publiée dans la revue américaine PNAS ose la comparaison entre la salle d’op et un rocher de singes : plus il y a de mâles, plus il y a de conflits. Avec à la clé une incidence sur la sécurité et la santé du patient.

A la demande d'un anesthésiste américain, l’étude a été menée dans trois hôpitaux universitaires américains. Pour le primatologue Frans de Waal qui a participé à l’étude, cela peut avoir des conséquences sur la santé du patient « La lutte de pouvoir entre les grands singes est très similaire à ce qui se passe dans les salles d'opération : plus il y a d'hommes, plus le risque de conflits est élevé. Cela peut mettre le patient en danger », dit-il.

Avec son équipe, De Waal a établi un éthogramme (une liste de tous les comportements qu'un animal peut présenter), adapté au bloc opératoire : les échanges d'informations professionnelles, les remarques motivantes, les signes d'impatience, les tendances à jurer, rire, flirter et danser (il y a souvent de la musique dans les salles d’op).

200 opérations ont été observées, 6 348 interactions sociales réparties en trois groupes :
- coopération
- conflit
- aucun des deux
Dans 2% des opérations, il y a eu un conflit sérieux (explosion de colère, jets d'instruments). De telles situations sont potentiellement dangereuses pour le patient et le personnel.

« Plus il y a d'hommes dans les salles d'opération, moins il y a de coopération », analyse le primatologue.  « Le nombre de conflits est en lien avec le ratio hommes-femmes dans l'équipe médicale. Ces conclusions sont importantes pour la sécurité des patients. »

Un plaidoyer pour la mixité au bloc opératoire qui suscite des réactions. 

Lire aussi: 

Les chirurgiens sont-ils encore machos?

Etude: les chirurgiens se comportent-ils dans les salles d'op comme des primates?

Bagarre entre un gastroentérologue et un anesthésiste en salle d'opération 

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.