Le retour de Vandenbroucke : politique-fiction ?

Qui sera le prochain ministre de la Santé et des Affaires sociales ? Frank Vandenbroucke, Elisabeth Degryse, Maxime Prévot… Il est trop tôt pour faire le casting du gouvernement fédéral, mais certains élus ont l’envie et/ou l’étoffe pour gérer le plus gros portefeuille de l’État.

Frank Vandenbroucke ne s’en est pas caché durant la campagne électorale : il compte rempiler pour pouvoir terminer les réformes lancées durant son mandat. Son beau score personnel (34 629 voix de préférence, premier score du parti en Brabant flamand) pourrait lui permettre de revendiquer ce portefeuille si une coalition Arizona réunissant le MR, la N-VA, Vooruit, les Engagés et le CD&V voyait le jour. Mais l'ancien président du parti socialiste flamand, Conner Rousseau, a déjà prévenu que Vooruit n'embarquera pas dans un gouvernement si l'objectif est d'économiser sur les soins de santé.

Néanmoins, le retour de Vandenbroucke aux affaires est une hypothèse qui circule beaucoup parmi les experts du secteur de la santé.

Des visions différentes

Dans cette même configuration Arizona, les Engagés pourraient réclamer la Santé, dont ils ont fait une de leurs principales priorités lors des élections. Elisabeth Degryse, nouvelle en politique (élue avec 11 480 voix, premier score de son parti à Bruxelles), pourrait mettre à profit son expertise d’ancienne vice-présidente de la Mutualité chrétienne pour gérer la santé. Pas certain que les médecins en sortiraient gagnants.

Catherine Fonck, qui ne s’est pas représentée aux élections, n’aurait-elle pas été une bonne candidate pour ce poste ? La néphrologue a déjà géré la Santé en FWB durant un mandat. Une occasion manquée ?

Maxime Prévot (47 359 voix, premier score de son parti à Namur), lui, a été ministre wallon de la Santé. À la tête du ministère fédéral, le Namurois pourrait défendre une norme de croissance de 3,5 % pour les soins de santé face aux futurs partenaires, le MR qui veut lier la norme de croissance aux besoins réels de la population, et la N-VA qui veut « conserver la norme de croissance en l’adaptant davantage aux réalités économiques ».

Le CD&V pourrait aussi réclamer la Santé et les Affaires sociales. Les sociaux-chrétiens flamands ont longtemps géré ces compétences.

Enfin, le MR voudra-t-il réclamer la Santé pour pouvoir mieux tenir les cordons de la bourse et réduire les frais de fonctionnement des mutuelles ? Avec Georges-Louis Bouchez, on n’est pas à l’abri d’une surprise.

Les libéraux francophones n’ont pas géré ce portefeuille depuis 74 ans. À l’inverse de l’Open VLD qui y a posté le Dr Maggie De Block entre 2014 et 2020.

Il faudra encore un peu de patience avant de connaître le nouveau ministre de la Santé. Les paris sont ouverts…

Lire aussi: Elections :  Les résultats de plusieurs médecins 

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Hervé Godiscal

    14 juin 2024

    surtout plus lui !!!!!

  • Hervé Godiscal

    14 juin 2024

    surtout plus lui!!!!!!!