Un symposium sur les technologies médicales à Bruxelles

La Belgique doit prendre d'urgence des mesures pour que son système de soins de santé reste qualitatif et accessible à l'avenir. La meilleure façon de procéder consiste à éliminer les inefficacités et le gaspillage. Dans ce cadre, les technologies médicales peuvent faire la différence et, en plus des gains d'efficacité, offrent une valeur ajoutée clinique. Tel est le message donné lors du symposium «La technologie médicale comme moteur d'un système de santé basé sur la valeur», qui s'est déroulé lundi après-midi à Bruxelles.

L'organisateur de cet événement est beMedTech, la Fédération belge de l'industrie des technologies médicales, qui compte plus de 200 membres, soit 80% du marché concerné. Elle l'organise à l'occasion de ses soixante ans d'existence. Elle en profite également pour publier un memorandum dans lequel l'organisation souligne que les technologies médicales sont encore sous-utilisées, qui plus est à la lumière de la pression croissante exercée sur le budget de la santé.

Après un discours d'introduction de la ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld), trois administrations du secteur (SPF Santé publique, Agence fédérale des médicaments et des produits de santé - AFMPS et l'Institut national d'assurance maladie invalidité - Inami) ont pris la parole. Un expert en santé numérique, Lucien Engelen,  expliqua ensuite quelles technologies innovantes sont encore à venir. Enfin, un économiste de la santé, Lieven Annemans,  exposa sa vision d'un système de santé belge prêt pour l'avenir. 

«Au cours des dernières décennies, des progrès spectaculaires ont été réalisés dans les soins de santé, qui ont été rendus possibles entre autres par l'évolution des technologies médicales», constate beMedTech. Aujourd'hui, celles-ci sont devenues indissociables du paysage des soins, tant en ce qui concerne le diagnostic que le traitement des patients, ajoute la fédération.

«Avec une population vieillissante, une incidence accrue de maladies chroniques et un manque croissant de prestataires de soins de santé, la Belgique devra prendre des mesures pour que le système de soins de santé reste qualitatif et accessible», prévient-elle. «Une utilisation plus transparente du budget des soins de santé, qui prend mieux en compte la qualité et les avantages pour la santé, est indispensable», estime en outre Marnix Denys, le directeur de beMedTech. «Afin de rendre notre système de soins de santé plus durable, nous devons évoluer vers une approche basée sur la valeur, dans laquelle les autorités examinent les soins de santé de manière transversale et osent briser les silos budgétaires. L'introduction de nouvelles technologies médicales efficaces et innovantes offre encore un large potentiel de gains d'efficacité et de valeur ajoutée clinique.»

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.