Financement de la formation de spécialiste: les chirurgiens sont fâchés

Le Dr Luc Haeck, au nom de l’Union Professionnelle des Chirurgiens Belges , se demande « qui trompe qui » dans le financement d'une formation spécialisée. L'association émet aussi de sérieuses réserves au niveau de la centralisation pour les grandes opérations de chirurgie viscérale.

Selon le "Livre vert sur le financement et la programmation des stages pour médecins", les assistants en chirurgie, orthopédie, urologie et quelques autres spécialités...doivent contribuer au financement de la formation de toutes les autres spécialités. Toutefois, les frais d'assistance sont destinés au médecin qui participe activement à une opération, quel que soit son statut. "Cela peut être un assistant en formation ou non", explique le Dr Haeck. "Dans de nombreux hôpitaux, les collègues sont des assistants qui ne veulent pas de formation mais qui pratiquent cette profession par intérêt personnel ou comme revenu supplémentaire. Dans la pratique, nous trouvons souvent des médecins intéressés qui travaillent une journée par semaine en tant qu'assistant et souhaitent ainsi conserver une vision globale de la médecine. "

Ces collègues "constituent une partie essentielle de l'activité hospitalière dans la salle d'opération ou le service médical". Pour se faire comprendre, le Dr  Haeck n'hésite pas une comparaison imagée : "Un garagiste est payé pour réparer votre voiture, un boulanger pour vendre votre pain, un facteur pour apporter votre courrier. Un assistant doit être payé pour son activité : coopérer avec le chirurgien. Que cela puisse changer sans aucune consultation des personnes impliquées nous fâche profondément » conclut le Dr Haeck.

Faible volume d'opération

En outre, le secrétaire général de l'Union Professionnelle des Chirurgiens Belges émet de sérieuses réserves quant à la centralisation pour des chirurgies viscérales majeures. Il évoque une étude américaine récente (1). Cette dernière a montré que la mortalité plus élevée dans les hôpitaux à faible volume s'est stabilisée entre 2003-2005 et 2009-2011 pour toutes les procédures viscérales par rapport « aux volumes moyen et élevé ». Il n'y avait d’ailleurs pas de différence pour la résection rectale. La différence n'a augmenté qu'avec les résections hépatiques. "En extrapolant à notre pays, nous nous demandons qui trompe les gens dans ce dossier", déclare sans ambiguïté le Dr Haeck.

  1. Does Improved Mortality at Low- and Medium-Volume Hospitals Lead to Attenuation of the Volume to Outcomes Relationship for Major Visceral Surgery?  https://doi.org/10.1016/j.jamcollsurg.2018.02.011

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Bernard MAJERUS

    11 octobre 2018

    Je suis également entièrement d'accord avec mes collègues.
    Bernard Majerus

  • Jean-Philippe MAGEMA

    05 octobre 2018

    Il semble que l’avenir de la médecine ne s’oriente pas pour un mieux dans notre pays, derrière les faux semblants. Mieux Ni pour le chirurgien et que l’on ne se trompe pas , ni pour le patient. Ce qui est bien dommage et triste.

  • Robert DE KEULENEER

    05 octobre 2018

    J'ajoute qu'un cancer du pancréas doit etre opéré rapidement , ce qui ne sera plus possible . Le patient aura donc ttout le temps de décéder . Ca fera des économies , c'est certain ... Quelle honte .

  • Robert DE KEULENEER

    05 octobre 2018

    Je partage tout à fait l'avis de Luc Haeck !
    Les 10% sont faits pour payer l'assistance opératoire . A l'union Belge des chirurgiens nous avons déja souvent demandés de les augmenter .Quid en plus si deux chirurgiens travaillent ensemble pour une opération complexe?

    A ce sujet , pour les cancers du pancréas et de l' oesophage , quelle différence entre 7 , 10 ou 20 par an Ce qui compte c'est la qualité . Donc des chirurgiens compétents et expérimentés . Idem pour les anesthésistes les soins intensifs et le nursing . Le reste c'est de la foutaise . La ministre outrepasse ses "compétences" .
    Et son parti ainsi que son homologue francophone (MR) ,qu'en pensent t'ils ?Faudra t'il que les médecins votent socialiste l 'année prochaine ?

    R De Keuleneer

  • Nicolas TINTON

    05 octobre 2018

    Nicolas Tinton

    Entièrement d'accord

  • Emmanuel CAMBIER

    05 octobre 2018

    Tout à fait d'accord.
    Il est temps de proposer une réaction à ces mesures.

  • Dominique HERMAN

    05 octobre 2018

    Tout à fait d accord

  • Jacques MAIRESSE

    05 octobre 2018

    Madame De Block doit partir... la pire ministre que nous ayons jamais eue...