La ligne « 0,5 » : un nouveau plan pour aider les personnes fragilisées

Dans le cadre de l’accessibilité des soins de santé, une vigilance accrue s’impose pour certains groupes plus vulnérables qui sont les premières victimes des inégalités en santé. Concept inventé par l’INAMI et Médecins du Monde et dévoilé lors de présentation du Plan santé Bruxellois, la « ligne 0,5 » est une structure spécifique qui a pour but de renvoyer les personnes fragilisées vers une ligne de soins classique. La plateforme de concertation en santé mentale et la future structure d’appui au sans-abrisme seront associées à la démarche. « Nous devons réagir à la montée des inégalités en matière de santé et d’accès aux soins de santé. Certains publics fragilisés échappent à l’offre universelle de santé ou n’en tirent pas les mêmes bénéficient, nous devons agir » précise le ministre Gosuin.

Bruxelles l'impose et le soutient avec des interactions supplémentaires. Mais, l'Inami a recommandé de mettre en place dans chaque grande ville du pays la « ligne 0,5 »  composée d’un ensemble de services et structures multidisciplinaires, offrant des soins de santé primaire (y compris la santé sexuelle et reproductive), destinée aux populations vulnérables (sans-abris, primo-arrivants, travailleurs du sexe, usagers de drogue, etc.) et avec pour objectif à terme de réintégrer ces patients dans la 1e ligne traditionnelle.

Un élément est interpellant pour Didier Gosuin : « Le pourcentage de personnes reportant les soins médicaux pour raison financière est plus important en Région bruxelloise que dans les deux autres régions. Nous ne pouvons l’ignorer. »  Toujours pour diminuer les inégalités, la Région bruxelloise entend investir dans la prévention autour de la grossesse, de la naissance et de la petite enfance. « Nous avons un problème avec les services de soins périnataux qui sont institutionnellement morcelés. Aujourd’hui, 49% des femmes qui accouchent à Bruxelles ne sont pas de nationalité belge. Dans ces 49% non belges, près de 20% viennent de l’Union européennes et 29% viennent d’en dehors de l’Union européenne. »

Ce Plan santé bruxellois a été adopté en première lecture. Après un arrêt au Conseil consultatif et du Conseil de gestion santé, il pourrait être validé à la rentrée parlementaire et voir le jour concrètement en 2019.

Lire aussi : 

La région Bruxelloise lance son premier Plan santé

Ri De Ridder devient le nouveau président de Médecins du Monde

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • claude LE GARROIS

    18 juillet 2018

    des plans ........
    La France sortira son rapport CAP 2022 avec une lutte de la pauvreté française(13 millions de personnes impactées pour les soins ,le fossé se creuse ....;toujours + de pauvres et de très riches).
    les soins de 1945 ne sont plus que des miettes vis à vis de la télémédecine et télé visio dont personne ne veut......