Maggie De Block sur l’impasse des postes de garde et les hôpitaux en faillite

Brève discussion avec Maggie De Block sur quelques thèmes d’actualité comme le dossier des postes de garde, les éventuelles faillites des hôpitaux et les projets pilotes d’hôpitaux à domicile.

Douze projets pilotes d'hospitalisation à domicile sont en cours, mais le rôle du généraliste ne semble pas encore clair. Pour la ministre De Block, les points positifs sont pourtant évidents "Les généralistes sont beaucoup plus impliqués dans les soins des patients à domicile, ils savent que les patients seront traités à domicile et que le contact sera plus systématique".

Le fait que les cercles soient en grande partie invisibles pour le moment n’est pas un problème pour le ministre: "On travaille avec les généralistes de façon individuelle car les traitements sont individuels, pas au niveau du groupe, mais la manière dont ils travaillent ensemble peut être discutée au niveau du groupe."

Et qu’en est-il de la responsabilité des médecins généralistes dans le cadre de l’hospitalisation à domicile?

Maggie De Block: "Parfois, cette responsabilité suscite des craintes, d'où le besoin d'un support technique adéquat et de possibilités d'informations ou d'une personne de contact pour le médecin généraliste."

Le dossier des postes de garde est donc bien en place ?

"Non, ce n'est certainement pas réglé. Nous déployons bien les postes de garde mais apparemment, il y a une certaine résistance parce que nous voulons que les postes de garde travaillent ensemble dans des zones très larges et avec les hôpitaux des environs. Tous nos efforts vont dans ce sens. Pour une utilisation rationnelle des ressources. "

La faillite d'un certain nombre d'hôpitaux néerlandais fait réfléchir. Sommes-nous menacés aussi en Belgique?

"La restructuration des réseaux ne devrait pas avoir cet effet, j’ai toujours dit cela. Mais j'avais également averti au début que je ne pouvais pas exclure la faillite si nous ne réformons pas et que les réseaux pouvaient éviter de tels problèmes."

"Mais effectivement, les hôpitaux de notre pays se trouvent dans une situation financière difficile. J'espère que nous ne  connaîtrons pas l'expérience ici de faillites , c'est une tragédie pour le patient. Certains hôpitaux bruxellois l'ont vécu dans le passé et une série d'opérations de sauvetage ont été nécessaires. Même chose pour les maisons de retraite défaillantes. C'est un mythe que les hôpitaux ne peuvent pas faire faillite, pas plus que les banques. La banque de la reine en Angleterre a fait faillite, avec un effet domino. Ce qui est également à craindre pour les hôpitaux néerlandais. "

Avec cette différence entre les banques et les hôpitaux c’est que certaines banques sont trop grandes pour faire faillite ...

Maggy De Block (évasives) "Les hôpitaux sont dans une course à l’innovation technologique, avec des robots, des scanners, des ordinateurs ... et ils ne peuvent pas toujours s'attendre à un retour sur investissement. Il y a un risque financier et tous les administrateurs doivent se rendre compte qu'ils courent un risque"

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Jacques MAIRESSE

    23 novembre 2018

    Madame De Block devrait démissionner, elle est à la solde du VOKA et de la FEB, elle ne défend pas une médecine de qualité. Son obsession des réseaux soit-disant pour réduire les coût n'a jamais eu d'évaluation scientifique, son cadastre des médecins est complètement farfelu, le numerus clausus est une aberration. C'est la plus mauvaise ministre que nous n'ayons jamais eu.