Réseaux hospitaliers: «On passe à côté de l’essentiel» (Catherine Fonck)

«Voici les 5 conditions qui ne sont pas remplies pour que la réforme des réseaux  de De Block fonctionnent» dénonce la cheffe de groupe CDH à la Chambre Catherine Fonck

Depuis l’annonce de l’accord sur les 25 réseaux de la réforme des hôpitaux par la ministre fédérale de la santé, Maggie De Block, de nombreuses voix se font entendre. Parmi elles, Catherine Fonck, l’ex-ministre de la santé (fwb) et cheffe de groupe CDH à la Chambre dénonce «la logique économique de la réforme de la ministre alors qu’il faut mettre en place une logique basée sur le patient. J’entends être positive dans le débat et proposer 5 modifications pour que cette réforme réussisse. Il faut oser avoir de l’ambition et être efficace.»

1) Accessibilité des soins: la logique des multi-sites va compliquer la vie des patients. Les frais de transport en ambulance vont exploser. Par ailleurs, rien n’est prévu en matière de reconversion intelligente des services de gériatrie et de revalidation notamment. Je propose de mettre en place des services spécialisés dans les MRS pour développer le chaînon manquant entre la sortie de l’hôpital et le domicile ou les maisons de repos pour mieux accompagner le patient. La ministre ne propose rien.

2) Manque de qualité de soins: dans la mise en réseaux, la ministre n’offre aucune  amélioration de l’encadrement des infirmiers. Actuellement, on compte une infirmière pour 11 patients chez nous. Au niveau européen, la moyenne est de une infirmière pour 8 patients. Cet encadrement moins bon augmente le risque de décès ou de moins bonne qualité des soins. Cet aspect doit être renforcé.

3) Le refinancement insuffisant: il y a un sous-financement actuellement comme l’a encore montré l’étude MAHA et la ministre dit que la mise en réseaux va être la réponse magique à la réduction des coûts mais sans expliquer comment ! Les acteurs hospitaliers disent d’ailleurs que les réseaux vont coûter plus chers et qu’il y aura sans doute des pertes d’emplois et des fermetures. La ministre dit que ce ne sera pas le cas. Je ne le crois pas. Elle ne dit pas tout. Je propose une stabilité financière et un plan pluriannuel de financement des hôpitaux au niveau fédéral mais aussi au niveau régional. En effet, comment voulez-vous que les hôpitaux qui vont se mettent en réseaux développent des projets à long terme, s’ils ne savent pas quand ils vont recevoir des moyens pour construire ou rénover des implantations. On augmente clairement l’échec de la mise en réseaux si on ne sait pas qui aura quel budget dans 5 ans pour son hôpital.

4) Des règles claires: Elles ne sont pas connues par les équipes de soins et les hôpitaux notamment pour les aspects locorégionaux et la programmation. On court à la catastrophe. Combien de lits pour un service de pédiatrie ? Combien d’accouchement par service ? La ministre ne dit rien. Elle renvoie à de futurs arrêtés royaux. Comment voulez-vous mettre en place des réseaux sains et durables ? Il faut des règles claires immédiatement en la matière.

5) Améliorer la gouvernance: Je propose que l’on intègre mieux dans le conseil d’administration des réseaux les soignants. Il faut 1/3 des membres qui soient des soignants dont le président du conseil médical, le directeur médical, des médecins de l’institution, un médecin généraliste pour les aspects « hors hôpitaux » et un infirmier. Cela permettra une meilleure gestion des réseaux et un dialogue permanent avec les soignants. Dans son projet, la ministre n’associe pas assez les soignants et les médecins au fonctionnement du réseau. Elle va provoquer d’interminables partie de ping-pong entre les conseils d’administration et les conseils médicaux.

J’entends privilégier un dialogue responsable et une coparticipation.

Lire aussi:

Les hôpitaux universitaires inquiets face aux "réseaux" de Maggie De Block

25 réseaux hospitaliers confirmés

Auditions au Parlement sur le réseautage clinique : un timing inapproprié

Le débat se poursuit sur @MediSphereHebdo et @LeSpecialiste

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.