Face à des Wallons obèses, une députée N-VA propose de scinder la sécu

Une députée de la N-VA, Yoleen Van Camp, a proposé dimanche de scinder la sécurité sociale. La revendication des nationalistes flamands n'est pas neuve mais la parlementaire fédérale prend cette fois-ci argument du taux d'obésité en Wallonie pour la justifier.

Mme Van Camp a pointé du doigt l'augmentation considérable des remboursements d'opérations chirurgicales de l'estomac, dont le coût pour la sécurité sociale est passé de 52,5 millions en 2012 à 64 millions en 2016. Selon elle, une partie de ces frais pourrait être évités car ce genre d'intervention ne s'impose pas dans bon nombre de cas. Des problèmes de poids pourraient être facilem ent résolus grâce à la consultation d'un diététicien ou d'un psychologue, juge-t-elle.

Le nombre d'opérations visant à faire maigrir le patient est presque deux fois supérieur en Wallonie qu'en Flandre si l'on tient compte des chiffres de population (6.265 pour 3,6 millions d'habitants contre 6.462 pour 6,5 millions d'habitants).

"La Wallonie compte plus de personnes en surpoids et obèses. Le taux de Wallons obèses s'élève par exemple à 16% contre 12,5% en Flandre. La différence est la plus fort chez les jeunes: 25% contre 16% en Flandre. Par conséquent, il serait plus indiqué de scinder la sécurité sociale. Les entités fédérées disposeraient de budgets complets pour investir dans la prévention et en retireraient les fruits. Pour être concret, la Wallonie pourrait par exemple mener plus d'actions auprès des jeunes", a expliqué Mme Van Camp.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Lucien Maurice EINHORN

    22 Mai 2018

    Certes, la chirurgie bariatrique doit être une solution de tout dernier recours, mais les praticiens savent à quel point les traitements médico-diététiques échouent souvent.
    On peut certes malgré tout rejeter l'option de la chirurgie bariatrique, mais le faire au nom de son coût excessif est aberrant. Lorsqu'elle reste efficace après un certain temps (ce qui n'est pas, reconnaissons-le, pas toujours le cas) , la perte de poids importante qui est sa conséquence dans pas mal de cas, permet de prévenir les nombreuses complications de l'obésité et notamment le diabète de type 2 et souvent également les maladies cardiovasculaires , des affections infiniment plus coûteuses au long cours que la chirurgie.
    Maurice Einhorn