Prévot quitte sa fonction de ministre wallon de la santé en 2018

Usé, lassé, mais toujours combatif, le ministre wallon de la santé, le CDH, Maxime Prévot, a confirmé dans une interview dans le journal l’Echo ce qui laissait transparaître depuis une semaine dans ces différentes prises de paroles. La tornade médiatique sur le décumul des mandataires et l’enchainement des affaires touchant notamment le PS, l’a amené à affirmer qu’il « ne souhaitait plus cumuler ces deux fonctions (ministre et bourgmestre), lors de la prochaine mandature communale. » Si les électeurs namurois le souhaitent à la sortie des urnes, il ne sera donc plus que bourgmestre de Namur, capitale wallonne. « En 2018, je ne serai plus ministre » ! Cette prise de position ferme cache aussi une lassitude dans le combat pour chaque réforme avec le partenaire socialiste : tant pour la réforme hospitalière que pour celle des maisons de repos, le ministre CDH a dû pied à pied défendre ses textes et éviter les nombreuses embûches. Sa troisième réforme, celle de « l’assurance autonomie » est encore plus difficile à faire passer et doit tenir compte d’un blocage fort du boulevard de l’Empereur, siège du PS fédéral.  Ce dernier veut en effet dans cette réforme un lien avec le salaire de chaque wallon et pas la simple mise en place d’un forfait intégral pour toutes et tous. Il a dû également cette semaine acter la prise de parole des secrétaires généraux de la FGTB wallonne et de la mutualité socialiste Solidaris. Il l’a commenté au Parlement wallon : « J’ai peine à penser que l’agenda de cette sortie soit dû au hasard. » Pour rappel, dans le Soir, Thierry Bodson et Jean-Pascal Labille estimaient que la Wallonie était loin d’être prête en vue des transferts de compétences notamment au niveau de la santé et ils y attaquaient la naissance de l’Aviq, la nouvelle agence chargée des matières sociales et de santé. En réalité, avec les affaires, depuis la chute du PS dans les sondages et la montée du PTB, le ministre wallon de la santé voit son partenaire PS dans le gouvernement prendre des  décisions plus à gauche que jamais. Des conditions de travail qui ne ressemblent pas du tout au pacte passé au début de la législature entre eux.

> Une opinion? Une réaction? Le débat continue sur @JdS_SK ou sur @MediSphereHebdo

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.