#beHealth Hackathon : 4 lauréats pour améliorer la continuité des soins grâce à des solutions digitales

 Le coup d’envoi du beHealth Hackathon a été donné vendredi dernier. 42 heures, plus tard, tous les participants (médecins, infirmiers, développeurs, designers...) se sont retrouvés face au Jury pour évoquer leurs solutions digitales qui amélioreront la continuité des soins. Cette initiative du cluster Lifetech.brussels, des Mutualités Libres, de Partena Ziekenfonds et Partenamut a vu quatre prix spécifiques être décernés.

Le prix de la solution orientée patient a été attribuée au projet Posas ou « Comment améliorer le traitement des cicatrices de brûlures? ». Pour Ulrike Van Daele, professeur à l’UA (Universiteit Antwerpen) et chercheuse chez Oscare, lauréate du prix  : «Nous avons plus appris en un weekend sur l’e-santé que ces derniers mois. Dans le cadre de nos recherches sur les brûlures, nous sommes en contact avec les patients. Nous avons constaté de ces échanges que la mesure de la cicatrice, l’opinion du patient et la communication entre le patient et le personnel soignant étaient cruciaux. Apporter une solution technique à ce problème n’était pas à notre portée. Nous ne sommes pas des spécialistes en technologies digitales. Lors de ce beHealth Hackathon, nous avons eu l’occasion de travailler en équipe avec des collaborateurs d’Awell et d’Andaman7 qui nous ont permis de nous rendre compte que nos idées étaient réalisables. Gagner le prix Patient Centric est une superbe récompense, pour un clinicien/soignant (médecin, kiné…), c’est le prix le plus important. »

Philippe Leemens, de la société « Andaman7 » est très satisfait du week-end : « La mixité des idées et des intervenants étaient très intéressantes. On a bien été challengé dans notre réflexion. Nous débouchons sur un projet concret qui pourrait rapidement voir le jour et nous allons en reparler avec Awell et l'université d'Anvers. Nous verrons ce que nous pouvons faire avec les autres centres de grands brûlés." 

Le projet Posas/chemin clinique permet de suivre les cicatrices de brûlures à distance afin d’intervenir à temps. 11 patients sont atteints de brûlures sévères chaque jour en Belgique. La cicatrice d’une brûlure évolue pendant deux ans. Un suivi permet d’en réduire les effets négatifs. Aujourd’hui ce suivi se fait via un questionnaire papier, tel que le Posas. La combinaison des expériences médicales d’UA/Oscare, et techniques d’Awell et d’Andaman7, ont permis le développement d’une solution digitale pour le suivi de ces cicatrices.

Le prix de la solution la plus innovante a été attribué au projet deTelemonitoring ‘Hi Claude’ : « Comment améliorer la santé des personnes âgées en augmentant leur engagement dans les soins post-hospitaliers ? »

«Nous croyons dans les nouvelles technologies pour faire de la prévention  », a expliqué Patrick Meilleur, directeur opérationnel du groupe Domitys en Belgique. 

L’équipe Télémonitoring, qui a remporté le prix de l'innovation, a développé un prototype de dispositif médical permettant de prendre en toute discrétion et automatiquement les paramètres vitaux des personnes âgées, de le leur rappeler si elles ont oublié, mais surtout de leur donner un conseil en cas de mauvais résultats. 24.000 patients insuffisants cardiaques sont hospitalisés chaque année en Belgique, dont la moitié devra retourner à l’hôpital. Assurer un meilleur suivi, permettra de réduire ce pourcentage.

« Nous suivons avec un grand intérêt les développements technologiques dans l’amélioration du suivi de malades chroniques, et le beHealth Hackathon est une occasion unique pour faire émerger de nouvelles solutions rapidement. Nous avons donné accès aux participants à des technologies développées entre autres par IBM (Bluemix) , ainsi qu’à des dispositifs médicaux connectés (BeWell Connect de Visiomed). Les participants ont été en contact avec des experts et des patients. Notre volonté à l’issue de ce hackathon est d’approfondir le projet avec l’équipe afin d’évaluer les opportunités d’investir dans la solution proposée. Nous sommes persuadés que le télémonitoring de patients chroniques aura un impact positif sur le coût de la sécurité sociale et que la solution développée au cours de ce hackathon pourra contribuer à réduire la fracture numérique chez les personnes âgées» détaille Sandra Schnock, Business Developer Partenamut et Partena Ziekenfonds. 

Le prix du meilleur « business case » a été décerné au projet « Comment créer un passeport médical pour personnes âgées leur permettant d’être mieux prises en charge à leur arrivée à l’hôpital? » soutenu par le CPAS de Saint-Gilles.

Chaque jour dans les hôpitaux bruxellois, un patient inconnu est traité. Trouver qui est cette personne prend énormément de temps et a un coût. Il est évalué à 4 millions d’euros par an. L’équipe Emergency Card a développé un système d’empreinte digitale pour résoudre ce problème. Cette empreinte ne donnerait accès qu’à des informations limitées, comme par exemple les personnes à appeler en cas d’accident.

« Nous avons investi beaucoup de temps dans le choix des projets à soumettre pour le beHealth Hackathon, et au vu des résultats, nous n’avons aucun regret. » explique Valentina Silva, chargée de projets au CPAS de Saint-Gilles et lauréate du prix Best Business Case pour le projet Emergency Card. « Ensemble avec la commune de Bruxelles, nous avons lancé en 2016 un projet ‘quartier aide et soins’, nous avons rencontré les hôpitaux, les usagers, les médecins… pour définir comment améliorer le parcours de santé de chacun. Nous avons créé un consortium avec une quarantaine de partenaires pour faciliter le travail en réseau. Beaucoup de petits problèmes ont été identifiés, pour lesquels nous avons besoin de solutions techniques. Aujourd’hui, grâce au beHealth Hackathon, nous avons gagné beaucoup de temps, nous disposons d’une app qui pourrait très vite être fonctionnelle. »

Enfin, le prix du public a été remporté par l'équipe Myflow pour le projet « Comment aider les migraineux à prévoir et traiter leur migraine? ».

Les équipes lauréates seront accompagnées pour démarrer leurs activités : « Notre rôle est de les amener à une solution réaliste », explique Azèle Mathieu, manager du cluster lifetech.brussels.

Parmi celles-ci, une équipe recevra un prix de 10.000 euros de la Fondation Roi Baudouin dès la création de sa startup.

Trois autres prix d’une valeur de 6.000 euros chaque seront également remis par la société Reflexion Medical Network (RMN) pour aider les lauréats dans leur communication et leur marketing. Un sérieux coup de pouce pour ces futures StartUp qui bénificierons ainsi des conseils et de budgets pour communiquer auprés de près 35.000 médecins touchés chaque jour par un des 12 médias du groupe RMN

Liste des 9 défis sur lesquels ont travaillé les participants:

  1.  Comment traiter les acouphènes ?
  2. Comment améliorer le traitement des cicatrices de brûlures
  3. Comment encadrer la jeune maman après son accouchement et assurer l’échange d’informations entre prestataires de soins?
  4. Comment améliorer la santé des personnes âgées en augmentant leur engagement dans les soins post-hospitaliers ?
  5. Comment aider les migraineux à prévoir et traiter leur migraine?
  6. Comment créer un passeport médical pour personnes âgées leur permettant d’être mieux prises en charge à leur arrivée à l’hôpital?
  7. Comment aider les personnes âgées à être moins seules?
  8. Comment avoir un meilleur suivi des patients lors des transferts entre les organismes de santé et les professionnels?    
  9. Comment aider le malade chronique à coordonner son parcours de soins avec les traitements, le calendrier des examens,… ?

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.