Pénurie de médecins contrôle: la loi doit être adaptée

Les sociétés de contrôle médical Certimed et Mediwe dénoncent lundi une pénurie de médecins contrôle, qui vérifient à la demande d'un employeur si un travailleur est légitimement absent. Pour y pallier, elles estiment que la loi doit être adaptée.

Certimed a effectué l'an dernier 170.000 contrôles, un chiffre qui a baissé en trois ans (190.000). Environ 300 médecins s'occupent de les mener: trop peu, estime l'entreprise. Certimed recrute cinq personnes chaque année mais dans l'idéal, il en faudrait 20 par an pour répondre à la demande.

Avec 200 médecins pour effectuer environ 35.000 contrôles, la société Mediwe souffre moins de la pénurie mais elle recherche également de l'aide. "Durant des périodes de congé ou d'épidémie, comme pour la grippe, il n'est pas toujours possible de trouver suffisamment de médecins contrôle", explique le directeur, Christophe Deman.

Beaucoup abandonnent, à cause de la connotation négative du métier mais aussi notamment en raison de problèmes de mobilité.

Une solution avancée par les entreprises serait d'adapter la législation autour des médecins contrôle. Pour prétendre à ce poste, il faut actuellement posséder cinq ans d'expérience. Or, de nombreux nouveaux médecins souhaiteraient être candidats.

Un certain nombre d'acteurs du secteur se sont mis à table avec le cabinet de la ministre fédérale de la Santé publique, Maggie De Block mais aucune mesure concrète n'a encore été prise.

Christophe Deman propose également qu'une formation aux différents aspects de la médecine de contrôle soit prodiguée aux médecins généralistes.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Pierre ZAEYTYDT

    08 octobre 2018

    Les honoraires sont peu attractifs.