Memorandum : qu'attend l'ABSyM du monde politique à l’issue des élections fédérales et régionales ?

L’ ABSyM vient de publier son ‘Mémorandum à destination des partis politiques’. Dans ce document, il donne un aperçu des attentes et demandes que nourrit la profession, par le biais des médecins généralistes et spécialistes.

Que défend l’ ABSyM ? Quels sont leurs valeurs clés ?

L’ ABSyM considère le médecin comme le praticien passionné d’une profession libérale, doté de l’esprit d’entreprise et du sens de l’initiative, à même de choisir de manière autonome la façon dont il va organiser sa pratique. L’ ABSyM met également un point d’honneur à faire du libre choix du médecin par le patient une priorité. Un libre choix qui ne peut être entaché par les systèmes d’inscription obligatoire ou d’échelonnement imposé. "La liberté d’adhérer ou non à l’accord médicomutualiste nous apparaît également comme l’un de nos acquis fondamentaux." insiste Marc Moens, Président de l'ABSyM.

L’ ABSyM prône une médecine accessible dans laquelle "le patient peut compter sur le fait que le médecin agit dans son seul intérêt et non dans celui du budget mis à sa disposition par le gouvernement." Pour les médecins, la préservation de la liberté thérapeutique est une condition primordiale. "Mais cette liberté va de pair avec la responsabilité qui incombe aux médecins de travailler sur la base du concept de ‘bonne pratique’ généralement accepté par la profession." précise le Dr Moens.

L’ ABSyM souhaite être soutenue dans les efforts qu’elle met en place dans le but d’intensifier l’attractivité de la profession de médecin. C’est la raison pour laquelle une rémunération juste des honoraires est notamment l’une des conditions sine qua non. L’ ABSyM plaide pour une revalorisation des honoraires des médecins, avec l’accent sur les actes intellectuels.  "Nous demandons qu’une attention continue soit consacrée à la position-clé qu’ils occupent. Les médecins généralistes doivent conserver leur rôle central dans les soins de première ligne tandis que les médecins spécialistes doivent avoir la possibilité d’endosser leur rôle légitime de co-gestionnaire dans les hôpitaux et au sein des réseaux hospitaliers." insite le syndicat;

Pour garder/rendre la profession de médecin attractive, la mise en place de mesures de prévention du burn-out est aussi indispensable. Cette affection du 21e siècle touche davantage les médecins et les médecins en formation que la population moyenne. Enfin, un environnement de travail sûr reste une condition essentielle pour une médecine de qualité. "Le respect du médecin commence par le respect de sa sécurité et de son intégrité physique." conclut le communiqué de l'ABSyM.

> Découvrir le Memorandum dans son intégralité ( 17 pages )

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.