E-santé: « un patient connecté , un patient impliqué ? (Prof Ph.Coucke)

Le 21 mars prochain, le Pr Philippe Coucke s’exprimera lors d’une conférence intitulée : « Un patient connecté, un patient impliqué? » : « A présent, on peut connecter le patient partout, on va quitter une médecine à l'hôpital pour se diriger vers une médecine connectée à domicile. »

Dans le cadre du Festival Imagésanté, le Hub créatif de Verviers invite le Pr Philippe Coucke , qui s’implique au quotidien dans les changements technologiques et sociétaux, à faire le point sur ceux qui vont toucher le monde de la santé. Chef du Service Universitaire de radiothérapie au CHU et Professeur en radiothérapie à l’ULiège, il s’intéresse à l’avenir du « patient connecté ». Cette révolution du lien entre le patient et le médecin ne va pas sans poser des questions essentielles à chacun : quel est l’impact de ces nouvelles technologies? Comment la relation entre le médecin et le patient évoluera-t-elle ? « Aujourd’hui, on peut connecter le patient partout. On va quitter une médecine à l'hôpital pour se diriger vers une médecine connectée à domicile. Tous les médecins généralistes et spécialistes vont être impactés notamment parce que nous devons trouver des solutions contre les déserts médicaux pour assurer le bon suivi des patients » souligne Philippe Coucke.  « Nous sommes face à une nécessité de changer d'écoystème. La révolution est en route en radiologie, ophtalmologie,... »

Il rappelle notamment que, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 50 % des actes médicaux sont inutiles et qu’un diagnostic sur 20 serait faux selon un rapport australien : « Face à la hausse des coûts et à la réalité des maladies chroniques, de plus en plus de patients seront traités à domicile, l’intelligence artificielle jouera un rôle et les médecins s’inscriront dans cette évolution inéluctablement. Les patients devront être plus impliqués dans le suivi de leur santé et dans l’échange des informations récoltées »

Un phénomène qui est poussé par les grandes entreprises. Il prend l’exemple d’Apple « qui va constituer des dossiers médicaux numériques» ou du programme d’intelligence artificielle d’IBM Watson : « Suivant le profil pathologique, il propose le meilleur choix thérapeutique  » Tant pour le médecin que pour le patient, le débat ne se jouera pas que sur le suivi.

La sécurité des données est aussi un aspect non négligeable même si la sécurité absolue n’existe pas selon lui. 

> Conférence "Un patient connecté, un patient impliqué?" le 21/03/2018 de 20h à 21h30 à Dison

Lire aussi :

La médecine du futur en question(s): les objets connectés

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.