Maggie De Block ne doit pas faire d'économies dans la pédopsychiatrie

Le Conseil national des établissements hospitaliers, un organe du SPF Santé publique, appelle la ministre de la Santé à ne pas faire d'économies dans la pédopsychiatrie. C'est ce qu'il a dit dans un nouvel avis, que le Standaard a pu consulter. La ministre a demandé cet avis après le torrent de protestations contre sa décision de couper dans les effectifs des hébergements de jour en pédopsychiatrie. Le CD&V et la N-VA, partenaires de la ministre au fédéral, l'appellent à suivre le Conseil.

L'avis affirme littéralement que Maggie De Block doit, dans son arrêté royal, "annuler tous les articles concernant le démantèlement phasé dans la pé ;dopsychiatrie" si elle veut obtenir l'alignement du financement.

Le cabinet De Block avait constaté que les lieux de pédopsychiatrie sont financés à 200% depuis des années. Elle a ordonné par arrêté royal de démanteler progressivement ce double financement. Vu les constructions compliquées du financement hospitalier, des places en hébergement de jour risquaient d'être menacées. Maggie De Block avait tenu compte d'une réduction du nombre d'effectifs de 13 à huit pour 20 places en accueil de jour dans les hôpitaux généraux et à 10 pour l'accueil de nuit. Le rapport parle expressément de conserver 13 travailleurs de jour et de nuit.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.