Pas de jugement dans l'affaire du "docteur ozone", un expert est désigné

Le tribunal correctionnel de Louvain n'a pas statué mardi dans le procès du "docteur ozone" de Rotselaar, Chris M., soupçonné de plusieurs infractions à des articles du décret antidopage. Dans un jugement provisoire, il a désigné un expert.

Chris M., âgé de 53 ans, a soigné vingt sportifs issus de six disciplines pendant quatre ans en leur administrant de l'ozone. Le tribunal correctionnel de Louvain devait rendre son jugement ce mardi mais il a estimé qu'il avait besoin d'un avis supplémentaire. Il a nommé, dans un jugement provisoire, Wim Develter, médecin légiste à l'hôpital universitaire de Louvain, l'UZ Leuven, comme expert. 

"Nous voulons savoir si la thérapie appliquée est une méthode de manipulation", a expliqué la présidente du tribunal. "Par cette thérapie, du sang est prélevé, traité avec de l'ozone et ensuite réinjecté dans le corps" du sportif.

Le tribunal ne qualifie donc pas la thérapie par l'ozone de dopage en tant que tel. Le Dr Develter dispose de quatre mois pour rendre son rapport. L'affaire sera réexaminée le 8 mai 2018.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.