Patients complexes: quels besoins pour les MG bruxellois? Répondez à l'enquête

Le RML-B, le réseau multidisciplinaire local de Bruxelles, sonde les généralistes (entre autres professionnels): quelles difficultés rencontrent-ils dans la prise en charge de patients au long cours, comme les malades chroniques, ou réclamant des soins complexes? Le RML-B cherche à identifier, outre ces écueils, les appuis organisationnels que les MG jugeraient utiles. Ne tardez pas à faire entendre vos besoins: l’enquête se clôture début mars.

Le RML-B a fait du chemin, depuis sa création en 2010 dans le cadre des trajets de soins. Il est peu à peu sorti de sa feuille de route originelle, pour offrir du soutien aux professionnels se chargeant d’autres pathologies chroniques que le diabète de type II et l’IRC, puis de problématiques de santé complexes et, en 2016, de troubles psychiques et d’assuétudes.

Ce n’est pas la première fois qu’il sonde les MG pour glaner des indications sur le développement souhaité de ses services de support. Au départ, il procédait par focus groups. Puis, vu l’élargissement de ses activités et cibles, il a opté pour une méthode plus «massive» de sondage en ligne, déjà utilisée par exemple pour cerner les besoins en santé mentale ou modéliser le projet pilote de soins intégrés Boost (l’un des 14 lauréats).

La nouvelle enquête, actuellement relayée par plusieurs fédérations et unions professionnelles, revêt la forme d’un questionnaire en ligne dont le remplissage prend une dizaine de minutes. Elle n’est pas réservée aux généralistes, mais proposée à une dizaine de métiers de la sphère psycho-médico-sociale bruxelloise, du pharmacien à l’ergothérapeute, de l’assistant social au gestionnaire d’institution. On y trouve peu de questions ouvertes – sauf à la fin, pour aborder des points qui ne l’auraient pas été – mais plutôt des réponses suggérées à faire glisser d’un cadre à l’autre de l’écran si on y adhère.

Le RML-B se concentre sur les difficultés qui hypothèquent la dispensation d’un suivi de qualité aux malades chroniques, personnes âgées, victimes d’assuétudes, patients présentant des troubles psychologiques, des difficultés sociales, se trouvant en fin de vie… Le questionnaire cherche à comprendre le pourquoi de ces obstacles pratiques. Par exemple, découlent-ils d’un manque de connaissance des autres intervenants? De l’absence d’outils de communication entre professionnels? D’une difficulté à localiser les services existants, etc.? Les participants sont invités à dire quels dispositifs seraient susceptibles de les aider: un cadastre des ressources, une permanence téléphonique thématique pour la Région, un service multisectoriel d’orientation par quartier, des réunions de concertation, des équipes mobiles de soutien…

Le RML-B n’avance pas ces pistes potentielles à l’aveuglette. Elles sont tirées de son expérience, construite au fil de rencontres et d’enquêtes précédentes sur les attentes des prestataires, et nourries «particulièrement des demandes que nous recevons via notre helpdesk», explique Aline Godart, responsable de projets au RML-B.

Moralité: si vous souhaitez contribuer à façonner les appuis organisationnels destinés à vous simplifier la vie professionnelle à Bruxelles, participez, et sans tarder: notre interlocutrice signale que l’enquête se terminera vendredi prochain, le 2 mars. La finalisation de l’analyse des résultats est fixée au 30 mars et la diffusion des résultats, après Pâques.

> Répondez à l'enquête ICI

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.